Débouchés professionnels de l'art-thérapeute

Que faire après la formation ?

Animation d'un atelier en association

S'ouvrir pour aller sincèrement à la rencontre d'autrui
• Cette formation peut certainement déboucher sur une activité professionnelle, selon les acquis de la personne, ou servir de tremplin à celles qui désirent approfondir leur champ de compétence dans le domaine.
• A l’issue de la formation les stagiaires ayant suivi pleinement les cours, seront en mesure d’animer sous forme d’atelier fixe ou itinérant (interventions ponctuelles), des séances ou des stages de créativité par le .
Note : Chaque personne possède des qualités pédagogiques de communication et d’animation qui lui sont propres, et doit suffisamment se connaître pour savoir en jouer et prendre sa place dans la société. Ce ne sera pas facile, qu’on se le dise. Il sera indispensable pour certaines personnes de suivre d’autres stages complémentaires. Il appartient à la personne formée, de savoir présenter l’intérêt de cet outil novateur et singulier, digne de considération, et collaborer étroitement avec l’équipe sanitaire et pédagogique de l’établissement visé.
Conseil 1. Il n’est pas recommandé d’ouvrir un cabinet pour recevoir une clientèle à titre individuelle, sauf si vous avez de réelles compétences de psychothérapeute (diplômé ou pas). C qui est essentiel, est avant tout la capacité d’accompagnement basée sur une solide expérience humaine (relation d’aide, médiation, ressources humaines, éducation, empathie, compassion, etc..).
Conseil 2. Ne pas hésiter à compléter la formation par d’autres stages, notamment en communication, en animation ou en psychothérapie, selon l’endroit où vous sentez qu’il y a des lacunes.
Les secteurs cibles
• Un grand nombre de secteurs professionnels tels que les écoles, les établissements de santé et médico-sociaux, voire les centres de loisirs, maisons de jeunes et même les entreprises… peuvent être sensibles à l’animation d’un atelier d’ par le créatif au sein de leur structure, que ce soit à titre de loisirs, thérapeutique ou pédagogique.
Qualités requises d’un art-thérapeute d’éveil Que doit-il maitriser ?
• Plusieurs techniques d’animation et de mise en situation d’une personne ou d’un groupe
• Plusieurs techniques d’arts plastiques
• Le fonctionnement du processus créatif
• Au moins une méthode d’accompagnement d’une personne ou d’un groupe.
Quelle est la missionde l'art-thérapeute ?
• La mission de l’art-thérapeute d’éveil consiste à réveiller l’être créateur chez la personne et lui transmettre la force de vie qu’il porte lui-même. En toute authenticité de présence. La force de vie procède d’un principe binaire où la joie et la tristesse interagissent.
• La mission de l’art-thérapeute d’éveil est de redonner à la personne la joie de vivre et le plaisir d’être vivant et créateur, en ayant reconnu au préalable la souffrance de la personne comme étant celle de l’Humanité. Lorsque la personne s’autorise à créer en toute liberté, elle y développe le sens de la responsabilité et trouve alors sa place dans ce monde et l’Univers, ne serait-ce que le temps de la création de son tableau, et rien que cela, c’est formidable. C’est à cette simplicité de vue que l’art-thérapeute d’éveil doit accéder pour être en mesure d’accompagner une personne ou un groupe. Être évolutif
• Suivre régulièrement des stages et formations de perfectionnement pour évoluer au rythme du progrès de la société. Quelles sont les qualités personnelles d’un art-thérapeute d’éveil ? Un bon art-thérapeute d’éveil a du vécu. Il a certainement déjà suivi une ou plusieurs thérapie dans sa vie, ou/et effectué un travail conséquent sur lui. Il continue à être en observation et en vigilance avec lui-même, conscient de la fragilité de son être psychologique et de celle d’autrui. Il s’observe en toute humilité. En toute humanité. L’art-thérapeute d’éveil Entretient sa créativité par une pratique régulière
• Il œuvre en toute humilité parce qu’il connait et reconnait la souffrance humaine pour la porter en conscience dans sa chair et son esprit, sans pour autant que celle-ci ne le déséquilibre. Il puise sa force dans la conscience de sa faiblesse et de ses limites humaines.
• L’art-thérapeute d’éveil porte en lui une énergie altruiste qui l’incite constamment à aller vers les autres pour les accompagner et les éveiller.
• Il sait se remettre en question et inscrit sa démarche de vie dans un processus constant d’évolution. Il chemine en conscience à la lumière de ses données, de ses joies et de ses peines, au rythme des saisons intérieures qu’il essaie d’harmoniser avec les forces de la nature environnante. → S’installer en tant qu’art-thérapeute L’ peut être exercée de deux manières différentes : 1. Comme une pratique non réglementée : auquel cas aucun diplôme n’est obligatoire. (activité créatrice à visée thérapeutique, bien être, coaching, par exemple) 2. Comme une pratique réglementée : auquel cas il est nécessaire d’avoir un diplôme d’état (psychothérapeute, par exemple)
Ouvrir un atelier de thérapie par l'art
• Sous forme de cours hebdomadaires ou de stages
• Sous forme d’atelier itinérant (intervention en hôpitaux, centres de rééducation, maisons de jeunes, maisons de retraites, de repos, festivals, entreprises, etc..) Pour enfants
• Sous forme de cours hebdomadaires ou de stages
• Sous forme d’atelier itinérant (intervention en école, centre de rééducation, hôpitaux, MJC, etc…)
Quelques conseils pour réussir son activité
Si le stagiaire entreprend d’animer des ateliers de groupe
• Il lui importe d’acquérir au préalable de l’expérience pratique. Pour ce faire, ne pas hésiter d’intervenir bénévolement au départ au sein d’associations ou dans divers établissements de type socio éducatifs ou autre, en posant que vous le faites pour acquérir de l’expérience. Bien sûr, tentez de vous faire rembourser les frais de matériel… mais restez souple, vous avez besoin d’expérience, prenez-la là où c’est possible, quitte à vous faire aider matériellement par vos proches, le temps de «prendre la main».
Si le stagiaire entreprend d’accompagner en individuel
• Il est bon de se spécialiser sur un public spécifique qui correspond à votre approche. Enfants ou adultes. Handicapés ou non, en difficulté ou non, soyez en vérité avec votre sensibilité et vos compétences.
• Optez si possible pour un cabinet partagé avec d’autres professionnels (sophrologues, infirmiers, médecins, psychiatres, psychologues…), qui drainent du public et pourront peut-être vous envoyer (prescrire ?) des clients. • N’hésitez pas à acquérir ou développer des connaissances complémentaires, par exemple en psychologie, en sophrologie ou autre et de développer des activités et prestations annexes selon votre sensibilité et vos compétences.
Note : Générer des revenus suffisants pour vivre du métier d’art-thérapeute, est possible grâce à la qualité de votre travail, des bons résultats obtenus par l’expérience, et de votre sens relationnel, c’est ce qui alimente le bouche-à-oreilles...
Suivi personnalisé après les formations
• Chaque stagiaire peut bénéficier gracieusement d’un accompagnement dans son projet professionnel, soit par téléphone, soit en prenant un rendez-vous, durant les six mois qui suivent la formation.

Procédé d'évaluation des compétences du stagiaire en fin de formation
Méthode d'évaluation