Le règne humain

Mandala humain / L’humanité en évolution
Accueil des forces créatrices de la vie humaine

Cinq niveaux de conscience à inspirer
1) Conscience, connaissance, croyance, moralité, responsabilité, réflexion, remise en question, attention, langage, mental, observation, organisation.
2) Guérison, résurrection, prospérité, santé, bien être, développement personnel, prévoyance, résilience, adaptation, écoute, apprentissage, amour, paix, expérience, respect, intégration.
3) Attache, liaison, co-création, communication, réseaux, dignité, sincérité, sociabilité, ouverture d’esprit.
4) Partage, entraide, assistance, humilité, vigilance, générosité, dévotion, engagement.
5) Evolution, tolérance, bienveillance, altruisme, bonté, amour, empathie, sensibilité, tendresse, épanouissement.

Cinq niveaux de conscience à expirer
1) Mauvaise foi, hébétude, absurdité, amoralité, étourderie, intolérance, arriération, prosélytisme.
2) Mal-être, blessure, anxiété, épuisement, maladie, avarice, débauche, médiocrité, adversité, arriération, immobilisme, déficience, culpabilité.
3) Ingratitude, verrouillage, isolement, rancune, manipulation, hypocrisie, évitement, mesquinerie.
4) Egoïsme, mépris, indifférence, endurcissement, distraction, présomption, traitrise.
5) Sectarisme, régression, perversion, misérabilisme, répression, animosité, haine, désespoir, impitoyabilité, froideur, xénophobie.

mandala-nature
Mandala du règne humain réalisé durant un stage

Message de conscience 1

Beau est le voyage du pèlerin dont le rayonnement du sourire rejoint celui du nourrisson. Et de le partager librement, sans nulle attente. Beau est le voyage du pèlerin qui sait prendre le temps de s’arrêter pour faire traverser l’escargot. Et de poursuivre son chemin dans la joie. Beau est le chemin du pèlerin qui examine sa conscience au cœur de la nuit. Et de recevoir en souriant ses cauchemars, symbole manifeste du nettoyage de ses refoulements. Beau est le voyage du pèlerin blessé qui voit germer dans la mouise l’espoir d’un renouveau. Et de relever la tête avec dignité sans chercher à se venger. Beau est le voyage du pèlerin qui ôte l’épine du trône en le quittant, heureux à l’idée d’avoir épargné un danger à son successeur. Beau est le voyage du pèlerin qui ne garde de son histoire personnelle que l’expérience et reste bienveillant à l’égard de celle des autres, aussi complexe soit-elle. Beau est le voyage du pèlerin qui sait se voir en l’autre. Et de lui accorder autant d’importance qu’à lui-même. Beau est le voyage du pèlerin qui accueille et partage dans l’amour et la joie tout ce qui se présente en chemin…

Cette étape est celle du règne de l’humain qui invite à l’accueil de ma véritable nature humaine, celle qui me distingue de l’animal par la conscience d’être vivant et libre. D’être précisément doté du pouvoir de la conscience. Conscient de tout. Et responsable de mes actes et de leur répercussion sur le monde environnant. Pour ce faire, je me remets incessamment en question.

C'est l'étape où je lis toutes sortes de livres qui ont trait à l’humain et à son développement. Les livres spirituels aussi, parce que j’y vois un idéal qui me hisse vers le haut. J’ai besoin d’un idéal. D’une espérance élevée. Pour l’heure, j’accorde une grande importance au pouvoir des mots. D’ailleurs, le pouvoir majeur de cette étape réside dans la pleine conscience de la force du mental qui carbure en permanence. Sans nul repit. Ni en état de veille ou de sommeil ni même en état de méditation où il ralentit simplement.

Ainsi l’étape humaine se caractérise par la force du langage.  Langage du mental, que ce soit par les mots, les signes ou les symboles. Les mots, en l’occurrence, permettent d’établir une communication raffinée avec moi-même et partant, avec mes semblables. Je connais la puissance des mots et l’écho qu’ils peuvent éveiller. Je sais que les mots détiennent un pouvoir de vie et de mort. Ils peuvent guérir ou au contraire engendrer la maladie et appeler la mort.

Beau est le voyage du pèlerin qui connait le pouvoir de vie et de mort des mots. Qui le manie dans l’amour et la paix et fait renaître l’espoir dans le cœur de ceux qui se sont égarés. J’y arrive… lentement. Après bien des périples. Pour l’heure, la vallée du règne humain s’ouvre devant moi avec une conscience élargie de sa splendeur. J’ai traversé bien des épreuves et j’apprends aujourd’hui à les élever au rang de l’expérience. J’apprends à prendre soin de moi et d’autrui avec bienveillance, ce qui n’est pas facile au quotidien. Les résidus de peurs commencent à se décoller des parois de ma grotte. Je les observe en essayant de ne pas me juger, de juger le moins possible les gens autour de moi. J’observe les peurs de ce monde et j’apprends aussi à ne pas juger l’humanité. A être aimant. Sincère. Lucide. J’apprends à aller vers moi et les autres avec tendresse et respect, conscient des préjugés et des peurs auxquelles ils renvoient. Ainsi j’apprends à approcher l’autre avec davantage de délicatesse. A conscientiser ce qui m’arrive et à respirer au juste moment, de tout mon être. A intégrer les leçons de vie et ne plus avoir à les débattre. A ne plus devoir me battre pour prendre ma place au cœur de la vie. A accueillir les données de ma réalité telles qu’elles sont, sans discussion. A composer mon unique tableau de vie, peaufiné au gré des expériences nouvelles qui viennent le compléter.

mandala-nature
Mandala du règne humain réalisé durant un stage

Me voilà donc à la quatrième étape de ce voyage initiatique au cœur du mandala créatif. J’y entre avec encore quelques appréhension. Restant toutefois vigilant : je vois les peurs héritées de l’animal et je sais les situations dangereuses où elles m’ont entraîné. Aujourd’hui, mon animal est un allié dompté que je tiens toujours en laisse. La laisse est toujours nécessaire. Une sécurité encore nécessaire.

L’adéquation avec le règne de l’humain implique ainsi la conscience que mon pouvoir de guérison passe par un processus de développement lié à la reconnaissance du langage de l’amour en tant qu’énergie créatrice à même d’apporter la paix : observation permanente de mes peurs, accueil de mes données de vie et ouverture sur l’humanité. Dans la tolérance et le partage.  L’étape de l’humain m’ouvre à la liberté assumée d’être vivant dans un monde extraordinaire où j’évolue autant que faire ce peut à la lumière de l’amour et la paix.

C’est en quelque sorte l’étape du développement personnel, non celui  qui consiste à me rendre performant mais celui qui me permet d’avancer et de concourir en conscience à la croissance de l’humain que je suis, et partant, celle de l’humanité. J’accueille et exprime mes émotions librement, respectueusement, affectueusement, sans prosélytisme ni animosité. J’ai le recul sur moi et sait revenir rapidement vers l’autre, dans les secondes qui suivent, guidé par l’idéal d’amour et de paix. Je sais aussi être sincèrement présent à l’autre. Les mots justes se posent avec douceur ou fermeté. Je sais me protéger. Je sais que la protection n’est une armure blindée qui alourdirait mes pas. La protection réside dans la confiance en moi, en mon énergie créatrice.

Lorsque je suis blessé ou trahi, je vis cette souffrance sans l’entretenir plus longtemps qu’il ne faut. Je vois ma susceptibilité et celle des autres. Je vois nos frustrations. Je sais que l’autre est un reflet de moi, qu’il est aussi sensible et aussi important que moi. Qu’il est ainsi sacré. Mais cette dimension sacrée, je ne la vivrai pleinement qu’à l’étape divine. A ce stade, je parle plutôt de respect, d’entraide et de bienveillance. Et d’apporter autant que faire ce peut mes soins à autrui. Et de faire appel à l’artiste-guérisseur qui sommeille en moi. Tout ce qui a trait à la guérison m’interpelle. Celle de l’individu et du monde.

Je sais qu’en concourant à la guérison du monde je concours à la mienne. Je connais la lois du don et du recevoir. Elle se met en place d’elle-même au moindre premier pas que je fais. D’ailleurs tout se déroule sans avoir véritablement d’effort à fournir si ce n’est celui d’être vigilant sur la manière subtile dont le mécanisme des peurs se met en place et freine mon éclosion naturelle. Et de respirer profondément. J’ai appris à respirer avec tout ce que je suis.

Je sais que le miracle arrive au moment juste et que ce moment ne correspond pas toujours avec le mien. J’aspire à l’adéquation synchronisée entre ma volonté et celle de la vie mais elle viendra plus tard…


les 5 pouvoirs du mandala créatif

Coup de coeur

Ton atelier me parle !
Tiens-moi au courant des activités et du calendrier
(Anti-spam)
ART-THÉRAPIE SPIRITUELLE
et MANDALA CRÉATIF
Coup de coeur
(Infos de l'atelier)
(Anti-spam)
Témoignage des stagiaires
+ d'une centaine...
Accéder au livre d'or
PROCHAINS STAGES et FORMATION
Le mandala créatif
Stage intensif de 8 jours
Art-thérapie d'éveil
2 Formations
|6 mois| et |1 mois|

Galerie de l'atelier
Atelier RAẎTH
160 rue des Lilas - Les Loges
16700 LA FAYE
Tél : 06 25 79 40 69 - 09 84 48 49 17
E-mail :
Copyright © Atelier RAẎTH. Site conçu et réalisé par Mustapha RAẎTH